Et si les directions financières prenaient à leur compte les reportings concernant les salariés grâce à une maitrise plus rapide des outils digitaux ? Ce débat est né entre les différents DRH présents au Digital RH 2015, auquel emploi-e-commerce a participé.

Digital RH meetingMonsieur Bellaïche, président du cabinet Althea, nous rappelait il y a quelques mois que bien souvent « les grandes entreprises ne connaissent pas exactement leur effectif salarial » et que la vraie opportunité du Big Data était de enter site connaître enfin ses salariés. Or, qui s’intéresse de plus en plus aux salariés ? Les http://winecust.ru/disqus/2.html actionnaires. Souvent le see premier poste d’une entreprise, la masse salariale attire l’intérêt des actionnaires en tant que coût, mais aussi, prise de conscience, en tant que ressources valorisables.

Le go digital au sens large, dans lequel on inclut ici le история стилей в дизайне Big Data, permet non seulement de connaître avec précision ses effectifs, mais aussi http://allmalestudio.gayfm.biz/projects/hram-svyatitelya-nikolayav-klennikah-raspisanie-bogosluzheniy.html les compétences à bord, et http://www.viabike.ca/sharre/panel-operatora-epm-h502-instruktsiya.html les besoins en recrutement (grâce au prédictif) de demain. La prévision des effectifs suscite l’intérêt des actionnaires surtout quand on prend conscience que 40% des effectifs du CAC 40 seront affectés par la digitalisation d’ici 5 à 10 ans, comme nous le rappelle в собственность либо имущественное право Sébastien VAN DYK Directeur Général Stratégies et Opérations RH de ManpowerGroup.

Face à cet enjeu, les http://www.tablosazrokh.com/content/uslovnie-planidlya-topograficheskih-planov.html DRH follow url doivent anticiper les besoins et compétences disponibles de demain. S’ils ne prennent pas rapidement les choses en main, ce sont les directions financières des entreprises qui vont s’en occuper. Plus analytiques (en moyenne), les DAF pourraient prendre les outils Big Data en main plus rapidement dans le but d’avoir les données concernant la masse salariale, les coûts liés, et les prédictions.

Cette maitrise des outils pose une autre question : la digitalisation, et plus particulièrement le Big Data, n’est-t-elle pas amenée à watch tuer la fonction RH ? On s’explique : certains craignent que les RHs de demain soient recrutés non plus pour les fondamentaux des ressources humaines, mais pour leur maitrise des nouveaux outils et leur capacité à produire rapidement des reportings incluant des analyses prédictives http://spetstorgservis.ru/disqusion/93.html образец акта простоя лифта .

La réponse est non. Le digital n’est pas un risque pour la fonction RH, c’est une opportunité. Une opportunité exceptionnelle de reprendre leur rôle clé dans toutes les entreprises et d’accompagner encore mieux les salariés. Attention à ne pas se laisser distancer sur ces sujets : si les DRH ne s’en emparent pas, d’autres le feront.