Bonne nouvelle pour le secteur du Web : 58% des recruteurs prévoient de créer des postes dans les métiers du Digital en 2016. Profitons de la vague d’embauches à venir pour appréhender les méthodes de recrutement proposées par ces derniers pour l’année 2016.

Entre le 1er décembre 2015 et le 15 janvier 2016, Emploi-e-commerce a recueilli plus de 150 méthodes et prévisions d’embauche de responsables des Ressources Humaines, dont les missions concernent, entre autres, le recrutement de talents du digital (développeurs web, social media managers, responsables e-commerce…). Cette étude a permis de révéler certaines tendances dans l’univers du recrutement pour 2016.

Tendances recrutement digital métiers

Malgré une utilisation majoritaire des sites d’emploi gratuits (69%), les cabinets de recrutement, les sites emploi spécialisés payants et la cooptation sont jugés plus efficaces.

69% des recruteurs utilisent les sites d’emploi gratuits lors des périodes de recrutement. Pourtant, en termes d’efficacité, le levier de recrutement le plus performant est celui des cabinets de recrutement ou des cabinets de chasse : leurs méthodes assurent, en effet, un suivi personnalisé et précis du besoin en recrutement de l’entreprise et mettent en œuvre des moyens de ciblages des profils des candidats très spécifiques afin de dénicher le profil capable de remplir à bien les missions demandées par la société.

Moins chers mais efficaces et rapides, les sites emploi spécialisés payants arrivent en deuxième position d’efficience. Grâce aux outils digitaux, ces sites emploi peuvent mettre en place des campagnes de recrutement très précises également.

Enfin vient la cooptation, qui rassure les recruteurs sur la qualité des profils recrutés.

Entre 1 et 2 mois sont nécessaires pour recruter un nouvel expert du digital

Entre le jour ou l’entreprise décide d’intégrer une nouvelle recrue et le jour où le contrat de recrutement est acté, il se passe entre 1 mois (34% des recruteurs) et 2 mois (24%).

Pour les sociétés les plus flexibles, dont la recherche est moins spécifique et/ou dont la marque employeur est suffisamment solide pour recevoir facilement et rapidement de belles candidatures, il arrive que le process de recrutement ne dure que 3 semaines (10%).

Les Ressources Humaines recevront environ 31 CVs par offre de poste en Digital

Alors qu’un recruteur pourra espérer recevoir en moyenne 31 CVs par fiche de poste publiée, il faut noter le léger décalage en fonction des postes pour lesquels l’entreprise recrute : ainsi, il est plus simple de recevoir de nombreuses candidatures dans les métiers du Webmarketing et du Business Développement que dans les métiers du Développement Web, dont les attentes techniques peuvent s’avérer plus précises et complexes.

Et elles rencontreront plus de candidats Webmarketeurs et Business Développeurs que de candidats Développeurs Web et Designers.

6 potentielles recrues en Webmarketing ou en Business Développement seront reçues en moyenne versus 4 postulants en Développement Web & Design. Cela vient confirmer l’idée qu’il est plus difficile de dénicher des experts en Développement Web, car les besoins techniques sont spécifiques à chaque entreprise et il n’est pas évident de trouver le profil dont les compétences correspondent.

Il faut souligner que la plupart des retours des recruteurs lors des interviews allaient dans ce sens : ils ont tendance à passer par des cabinets de chasse pour justement dénicher les perles rares en matière de profils en Développement Web, profils très recherchés avec le marché expansif du Web et du Mobile et pour lesquels les entreprises sont prêtes à investir drastiquement.

Un prétendant à un poste en Digital passera entre 2 et 3 entretiens dans une entreprise, avant de signer le contrat d’embauche

Une entreprise qui recrute dans les métiers du digital fera passer entre 2 (47%) ou 3 entretiens (44%) à un postulant avant de valider le recrutement.

Faire passer un unique entretien est un fait rare : seulement 7% des entreprises suivent ce processus de recrutement. Mais faire passer 4 entretiens ou plus parait encore plus insolite aux yeux des recruteurs (2%).

Si un entretien dessert les intérêts des deux parties :

  • Le candidat en profite pour présenter ses aptitudes et qualités au responsable de recrutement et le rassurer sur sa capacité à s’adapter à la culture de l’entreprise.
  • Le recruteur peut faire de la communication marque employeur en présentant positivement la société, son histoire, ses valeurs, son fonctionnement.

… Il ne faut pas qu’il décourage le candidat si le nombre d’étapes à franchir est trop important et jugé superficiel.

Ainsi, il peut être intéressant d’intégrer un test permettant au prétendant d’appliquer ses compétences techniques à un exercice concret qui, en plus, lui donnera un aperçu de ses futures missions. Alors que le test renverra une image sérieuse de l’entreprise aux yeux du candidat, cela permet de rassurer le recruteur qui aura un aperçu des qualités « extra entretiens » du talent potentiel.

Malgré les prévisions positives d’embauche pour 2016, les salaires ne suivront pas forcément la courbe croissante : effectivement l’augmentation des salaires est peu probable pour 48% des  entreprises qui recrutent dans le digital et pas d’actualité pour 26% d’entre elles. On peut supposer que les principaux investissements seront orientés vers le recrutement de nouveaux talents, pour contribuer à leur activité digitale grandissante, mais que ces investissements se feront au détriment des salaires des équipes actuelles.